An 480,

guerre

                        Brec'han traverse la Manche avec son clan. Les attaques incessantes des Angles, des Saxons et surtout des Scots d'Irlande l'obligent à quitter son vaste territoire de Bréhannie au sud de la Grande-Bretagne actuelle. Après de nombreuses défaites, il préfère aller s'établir ailleurs, dans un pays plus serein.

 

Flotte

 

 

          De l'autre côté du bras de mer, se trouve un peuple qu'il connaît bien. Depuis plusieurs générations, ils commercent ensemble. Leurs coutumes et leur culture sont assez semblables. De plus, leur langue est très proche de l'autre. Brec'han est sûr que c'est chez eux qu'il trouvera asile.

 

           La traversée effectuée sans problème, les familles débarquent sur le sol Armoricain. Mais la déception est grande car les territoires proches des côtes sont déjà occupés par de nouveaux arrivants. En ces temps conflictuels, beaucoup de clans de Cornouaille britannique et du Pays de Galles, chassés également de chez eux, ont eu la même idée.

port

 

           Brec'han et les siens devront donc se diriger vers l'intérieur des terres, en espérant trouver un site assez grand pour pouvoir s'y installer.

          Après quelques jours de marche, c'est au pied du Menez qu'ils s'arrêteront. L'endroit n'est pas très vaste mais libre et intéressant.

          C'est alors que Brec'han décide, par manque de place, de scinder son clan en deux. Une partie s'installera en ces lieux qui prendront son nom. Ce deviendra Bréhand/Moncontour.

Village

          L'autre partie continuera sa route en quête d'un autre territoire. Elle finira par fonder : Bréhan/Loudéac.

 

         

 

tvke1i1m

                  

 

 

                                                                                                            Outre ce Prince Brec'han venu de la proche Albion, Bréhand reste pour moi surtout le fief d'Amateur, Jérome, Sylvestre De Boishardy. Déjà tout enfant, ses aventures me captivaient et encore aujourd'hui, en flânant par les chemins creux bréhandais, j'ai parfois l'impression d'entrevoir entre les chênes l'ombre furtive du bien nommé "Le Sorcier".

Boishardy

                                                                          Mais ceci est une autre histoire...