Meuh non ! En vérité je vous le dis, ce n'est pas parce que les logements sont réservés aux femmes de prêtres juifs que la nouvelle résidence, sise derrière la mairie, s'appelle la "résidence des rabines". Les chemins qui la bordent en sont la seule cause.

Rabine

 

          "Rabine" est un mot emprunté au vieux français désignant une allée plantée d'arbres. C'est au croisement de ces chemins que l'on trouve, à l'abri de l'épaisse ramure d'un marronnier, la croix Balavoine.

croix

           Cette croix granitique, au fût et aux bras octogonaux, correspond au style de celles taillées au XVIème siècle dans la région de Moncontour. Sa base particulière très avancée pouvait servir de table d'offrande.
           Comme beaucoup de croix de chemin, elle porte le nom des fondateurs, nom de famille courant dans notre commune à cette époque.
           Mais elle a été appelée également "croix de la Planche", comme le manoir voisin qui se cache derrière sa haute clôture.

Manoir de La Planche

Manoir de La Planche

           Edifié en 1557 sur le chemin menant du "bourg" à "la Ville-Soule" et passant par le "Pont de la Planche" (situé après la "Pougeole"), il en a lui même pris le nom.

 

Pont aujourd'hui

 "Pont de la Planche" aujourd'hui. Hier, une simple passerelle de bois pour passer la rivière.

 

          J'ai entendu dire que, vers 1930, un vicaire de la paroisse aurait pratiqué des exorcismes au pied de cette croix. Un combat difficile entre lui et le Diable s'y déroulait. Vaincu, le Malin quittait toujours  sa victime en se vengeant sur l'étole du prêtre qu'il déchirait, sauf si la vierge y était représentée.

                    

                                           hommes031                  religion-diable-00010 

    

          Mais ceci est une autre histoire...