Au XIVème siècle, à quelques mètres du menhir rougeâtre qui donna le nom au domaine de la Roche-Rousse, au bord de l'enceinte du château, est édifiée une chapelle seigneuriale dédiée à Sainte Anne.

 

dessin

 

          Début XVIIème, elle tombe en ruine et son état déplorable pousse son propriétaire, Philippe DE HALGOUËT, conseiller du Parlement de Bretagne, à la reconstruire. Une nouvelle chapelle est donc bâtie sur le même emplacement tout en utilisant certains anciens éléments.

 

x

Fenestrage du XIVème

 

          Le 11 janvier 1605, elle est consacrée par l'évêque de Saint Brieuc et placée cette fois sous le patronage de la Sainte Trinité.

 

dé

 

          La petite chapelle sert principalement à la famille. Mais Philippe DE HALGOUËT et surtout sa femme Renée BUDES, participant beaucoup à la vie de la paroisse et généralement invités aux fêtes de famille, baptêmes et mariages, convient bien souvent les Quessoyais aux cérémonies.   

 

desssin 2

 

          Puis vint la période révolutionnaire. L'abbé Toussaint LE HERISSE, prêtre réfractaire, est activement recherché. Il se retire pour quelques temps au château de La Roche Rousse et continue, malgré l'interdiction, de célébrer la messe dans la chapelle. Nombreux enfants y furent baptisés en secret. Aussi, à la moindre alerte, les paroissiens, avertis par le tocsin sonnant au clocheton, accourent sur le tertre proche afin de prêter main-forte à leur bien-aimé recteur. Ce qui vaudra à la chapelle une condamnation à la destruction. Fort heureusement, seule la cloche fut confisquée.

 

cl

 

         En 1837, débutent la construction de la nouvelle église au bourg. Pendant toute la durée des travaux, la chapelle servira au culte paroissial. Ce seront là les dernières messes célébrées en cet endroit. Par la suite, il n'y aura que quelques rassemblements pour les rogations ou les cérémonies de la Fête-Dieu, un reposoir y étant installé.

 

poutres

 

          Désormais, la vénérable et élégante demoiselle, aux abords si bien entretenus, n'est plus vouée au culte mais reste cependant consacrée. Consacrée à une fonction bien différente,

                                                               

int

 

                                                                     mais ceci est une autre histoire...