rosée

         

          Mais que vois-je là, dans l'herbe tendre et encore mouillée de rosée matinale ?
          Un vieil os abandonné par le chien ?
          Un agaric champêtre qui finira dans la poêle ou une dangereuse amanite phalloïde ?
          Mais non ! Merde, une tête !

          Je devine. Je sais déjà. Je n'ose lever les yeux.

 

épi cassé


           

          Un de nos mousquetaires est décapité. J'en suis dépité.
          Bon, 400 ans de loyaux services, il y a de quoi en perdre la tête.
          Je ne vais pas lui en vouloir pour cette ultime révérence.

 

          Faut que je vous explique :

          Nous avons la chance d'avoir deux magnifiques épis de faîtage ornant la toiture de notre maison (voir "Le Chastelet").

 

faîtage

 
           A l'origine, élément fonctionnel assurant l'étanchéité d'une partie de charpente dépassant du toit,

 

charpente

Poinçon de charpente

 

                                                                                                                                                 les épis ont été imaginés par des artisans potiers et sont devenus des éléments décoratifs. Les plus anciens épis de faîtage conservés en Bretagne datent du début du XVIIème mais on peut en trouver sur la tapisserie de Bayeux (XIème siècle) ou sur des enluminures du moyen-âge. Ils étaient la marque distinctive des constructions nobles. Ils ornaient les tourelles de châteaux, des maisons importantes en ville. En posséder pouvait être un droit ou un privilège pour le maître de maison. On peut ainsi les rapprocher un peu des blasons seigneuriaux. Puis cet art fut emprunté par les propriétaires aisés, les notables des bourgs et les artisans pour servir d'enseignes. Par la suite, les potiers ont étendu cet usage à l'habitat traditionnel.

           

 

          "Allo, François, AU SECOURS !".
          François, c'est l'homme de la situation élevée qui pourra nous aider.
          Sitôt appelé, sitôt arrivé. L'échelle est placée, le voilà grimpé, prêt à travailler. Tel un dentiste retirant une mauvaise dent de la gencive, méticuleusement, délicatement, par de légers mouvements de va et vient, il réussit enfin à extraire l'épi fêlé de la faîtière. Avec précaution, François redescend le mousquetaire étêté jusque la terre ferme et remonte aussitôt s'occuper de son compère qui, je crois, se doutant de son sort, commence à le regarder de travers.
          Opération 100% réussie.

          Demain, nos compagnons célestes et moi prendrons la route pour Hénanbihen.

 

           Faut que je vous explique :

           Nos épis de faîtage sont des épis dits : mousquetaire. Ils font partie de la production très importante de la "poterie de Lamballe" dont la diffusion couvrait l'ensemble du Penthièvre mais également le Mené, le pays de Saint Malo, voire les départements voisins d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan. Nos épis ont été façonnés au début du XVIIème siècle (vers 1620). Ils représentent un buste d'homme, les mains sur les hanches, le visage portant barbichette et la tête coiffée d'un chapeau de mousquetaire. La forme de ce chapeau atteste la période de fabrication.

 

Mousquetaire

Tête

 


          Le long du pot de un mètre de hauteur, des châtaignes ou sifflets. Sortes de toupies creuses percées d'un trou. Ces orifices faisaient office de sifflet dont le timbre variait selon l'orientation du vent. Bien pratique pour prévoir l'arrivée du mauvais temps.

 

siffleurs

 

          Egalement le long du pot, on trouve des anses qui permettaient d'attacher les dernières gerbes de chaume lorsque la maison était encore recouverte de paille.

 

anses

 

 

          Malheureusement, nos épis ont souffert des outrages du temps et ne sont plus restaurables. Pour en faire des reproductions à l'identique, nous nous sommes naturellement tourné vers un atelier de poterie de la région lamballaise. L'atelier CRESPEL à Hénanbihen, reconnu pour ses copies d'anciens, nous convenait tout à fait.

            

5 (6)

                       

                                                                                                                                                                 Affaire à suivre...