Lors d'articles précédents, nous avons eu l'occasion d'évoquer certaines plantes emblématiques de notre commune comme la poire "bési", le blé noir ou bien encore le chêne qui nous est si cher. Le monde animal ne sera pas en reste car il existe une espèce quasi indigène à Quessoy : la truite porcine.

-fario 

Truite fario

-arc-ciel

Truite arc-en-ciel

 

          Le pêcheur connaît bien la truite arc-en-ciel ou la truite fario, mais il en existe beaucoup d'autres variétés. La variété dite truite porcine est endémique à nos rivières quessoyaises. C'est à Quessoy que nous en trouvons la plus forte concentration. Ou plutôt que nous trouvions car aujourd'hui, elle est en voie de disparition et se fait de plus en plus rare.

 

truite porcine

 Spécimen relâché après capture

 

          Il fut un temps pas si lointain, à la fin du XIXème, où la pêche de la truite porcine encore appelée localement la truie-truite, était beaucoup pratiquée. Sa chair tendre et délicate au goût très fin étant très appréciée des gourmets, elle était pêchée en nombre et vendue sur les marchés environnants. 

          Cette pêche intensive a menacé fortement la population de cette espèce. La pollution de nos cours d'eau n'a rien arrangé, ni la déforestation car contrairement aux autres truites qui se nourrissent d'insectes et d'invertébrés, la truite porcine ne mange principalement que des glands. Cette habitude alimentaire explique sa présence particulière sur notre contrée riche en chêne comme chacun sait. 

glands

 

          Si vous êtes calme et patient, la bête étant farouche, vous aurez certainement le plaisir de la voir frétiller dans la rivière de l'arboretum où subsistent encore quelques beaux spécimens. Vous pouvez l'appâter en jetant quelques glands à la surface de l'eau mais attention, la pêche en est strictement interdite.

 

riviere

 Un lieu propice à la truite porcine

 

           Grâce à nos efforts, un jour viendra où notre truie-truite repeuplera nos rivières. Soyons donc vigilants, et dans quelques décennies, si tout va bien, nous pourrons peut-être avoir le plaisir de la retrouver dans nos assiettes. Mais ceci est une autre histoire...