Vers l'an 830, attirés par les richesses des villes et des abbayes, les Normands remontent le cours des abers et des estuaires dans leurs légers drakkars. L'Armorique résiste longtemps mais les hordes de barbares réussissent à occuper toute la péninsule dés le début du Xème siècle.

Arriv_e

          Les Bretons sont violemment dépossédés par les envahisseurs et les chefs de Bretagne et les abbés se réfugient en Angleterre ou émigrent vers la France.

          En 930, l'Abbé Jean de Landévennec, réfugié à Montreuil sur mer, prépare en secret un plan que mettra en oeuvre un jeune vengeur.

          Le petit Alain II de Bretagne, accompagné de son père le Comte Mathuedoï de Poher, s'est exilé chez le Roi d'Angleterre, son parrain. L'enfant grandit à la cour du Roi. Vigoureux et intrépide, la légende raconte que dans les forêts de la vieille Angleterre, il poursuit et terrasse les sangliers et les ours avec un simple bâton.

          Ce sera lui que choisira l'Abbé Jean de Landévennec pour son projet. Ainsi, en 936, Alain débarque à Dol des navires de son parrain, accompagné d'une troupe d'Anglais. Il y est rejoint par une armée de Bretons préparés par l'Abbé Jean.

Barbetorte

ALAIN II, dit BARBETORTE, dit AL LOUARN (Le Renard) 

           Il trouve dans les ruines du monastère de Dol, une troupe de Normands en train de célébrer une noce. Les attaquant à l'improviste, il les massacre jusqu'au dernier. Puis, apprenant qu'une autre troupe se trouve près de Saint Brieuc, il s'y rend par mer.

Bataille

Il livre la bataille de Plourivo contre le chef viking Incon qui y avait établi un fort camp retranché. La lutte est acharnée et dure tout le jour. Les Normands ayant perdu beaucoup d'hommes, sont repoussés par les Bretons et surpris dans leur retraite par la marée montante se retrouvent submergés.

Bataille_de_Plourivo

          Les Normands, qui se trouvaient dispersés dans toute la Bretagne, fuient. Les Bretons arrivent de toute part auprès d'Alain et le reconnaissent comme leur 1er Duc.

          Informé qu'une grande masse de Normands sont réunis à Nantes, Alain chevauche jusqu'à cette ville. La bataille débute mais les Bretons sont repoussés, défaits et assoiffés. Barbetorte se met à genoux, lève les mains au ciel et supplie la vierge divine de leur donner une source. Un compagnon d'Alain creuse le sol et fait sourdre une fontaine. L'armée bretonne revigorée reprend les armes et remporte la victoire. Quelques Normands réussissent à s'échapper et fuient vers Rennes.

          En 939, le 1 août, à Trans-La Forêt, il réussira à chasser les derniers envahisseurs pour de bon.

          A Quessoy, d'après la tradition, nous aurions érigé la croix de Saint Queneuc pour célébrer cette victoire.

Croix_de_St_Queneuc

CROIX DE SAINT QUENEUC ou CROIX OULOT

           Une théorie plus récente et beaucoup moins épique nous affirme que cette croix ne daterait que du XIIème siècle et marquait l'emplacement d'un fief appartenant à l'abbaye de Saint Magloire de Léhon, près de Dinan, avec chapelle et manoir. Mais ceci est une autre histoire...