Quelques années après la Révolution, vers 1800, des actes de chouannerie persistent et l'insécurité règne encore sur Quessoy et ses environs. Agressions et règlements de compte sont affaires courantes et il ne fait pas toujours bon circuler par nos chemins.

          Jean Baptiste VEILLET DUFRÊCHE de Moncontour est négociant. Sa famille dirige un important comptoir de vente de toile et les affaires marchent plutôt bien. On en a pour preuve leur magnifique demeure que l'on peut toujours admirer aujourd'hui (l'Hôtel Veillet Dufrêche dans la rue du Bourgneuf à Moncontour). Une très belle maison qui rappelle celle des riches marchands de toile de Saint Malo.

          La fortune familiale a éveillé l'intérêt d'un chef de bande dénommé DUROS qui sévit dans la région. A l'affût, près du hameau de l' Hôpital, il attend le passage de Jean Baptiste VEILLET DUFRÊCHE et le capture ainsi que deux de ses compagnons de voyage.

Image_01

         

          DUROS n'a plus qu'à demander une forte rançon (150 000 fr./or). Une rançon trop élevée pour la famille qui n'arrivera pas à réunir une telle somme.

          On ne discute pas avec DUROS. Jean Baptiste sera abattu et enterré sur place.

    Image_02

          La croix du Frêche, en face du Bar-tabac " Le Saint Jean " à l' Hôpital, a été érigée pour nous rappeler cette tragique histoire qui s'est déroulé en cet endroit même.

Croix_Du_Fr_che

         

          Notre commune est riche d'une vingtaine de croix comme celle-ci. Elles ont toutes quelque chose à nous raconter. Mais ceci est une autre histoire...